dimanche 30 novembre 2014

Silvina Ocampo, La musique de la pluie

Ce petit recueil regroupe 6 nouvelles, extraites de Mémoires secrètes d’une poupée (Gallimard, L’imaginaire, 1993, 1ère édition, 1987).
Un musicien prodige qui ne joue qu’avec le gros orteil, sur un piano soigneusement désaccordé, les œuvres de grands compositeurs inspirées par le thème de l’eau ; une femme qui se transforme en chien ; une statue équestre vengeresse ; une jeune voyante en lutte avec ses rêves prémonitoires… Naviguant à la frontière devenue incertaine entre le rêve et la réalité, les personnages de Silvina Ocampo font surgir un monde de visions insolites et cocasses.
«De toutes les expressions qui pourraient la définir, la plus précise, je crois, serait : elle est géniale.»
Jorge Luis Borges

Pour finir le mois de la nouvelle chez Flo, je suis retournée en Argentine avec Silvina Ocampo, une auteure que je n’avais pas encore lue.
Ici, rêve et réalité, mystère et fantaisie se confondent. Les narrations à la première personne accentuent le doute, laissant le lecteur aux prises avec les apparences.
Très bien construite, fluide, Okno, l’esclave s’inscrit pleinement dans cette démarche et présente une réflexion sur l’art, l’identité, la mise à distance d’une artiste face à l’agitation du monde.
"L’homme a pris une habitude tout à fait inutile ; il faut qu’il explique tout ; peu importe que son explication soit exacte ; ce qui importe c’est qu’il la donne et, si possible, qu’elle paraisse dans les journaux."
L’art est également au cœur de La musique de la pluie, mais sous une forme plus critique. L’auteure interroge le génie et le succès avec des touches d’humour. C’est la nouvelle la plus fantaisiste du recueil.
Dans L’automobile, un mari  ne comprend pas que sa femme aime participer à des courses. Ce point de vue masculin permet à la fois de relever des clichés sexistes et de révéler la complexité des passions.
Ce thème est décliné dans Le Destin, mais sous l’angle de l’amour secret, grâce au regard décalé d’une jeune fille sur le comportement de deux séducteurs. L’ambiguïté sur l’identité est entretenue par un jeu sur la présence, les apparences, et les prénoms. Ici, le lecteur garde une grande liberté d’interprétation.

Les deux autres nouvelles m’ont laissé un sentiment plus mitigé. J'aurais pu mieux les apprécier et développer davantage, si j’avais lu le recueil entier. J’ai l’impression d’avoir seulement effleuré un univers plus vaste, sensible et subtil...
Même si cette collection est agréable pour découvrir un auteur, cet aperçu m’a semblé un peu trop court.

J’avais pensé à une autre lecture qui aurait plu à Flo. Faute de temps, celle-ci me permet de participer pour ce dernier dimanche !

8 commentaires:

  1. Merci pour ce billet ! J'ai déjà lu quelques nouvelles d'Ocampo lors d'un précédent mois de la nouvelle. C'est spécial mais certains textes m'avaient plu. Ce n'est pas mon style de prédilection mais je peux aimer à l'occasion et tu m'as donné envie de la relire à petites doses, pourquoi pas avec cet opuscule étant donné que, de toute façon, je ne tiens pas sur un recueil entier avec un auteur trop différent de moi.
    (j'ai noté le lien ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas eu le temps de faire le tour des blogs pour les liens... J'ai juste regardé sur le tien et j'ai dû louper l'article :/
      Sur ton nouveau blog peut-être ? :)

      Supprimer
  2. Je note ce recueil qui pourrait me plaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En version complète ou en extraits, au choix, je serais curieuse de lire ton avis :)

      Supprimer
  3. Naïk, nous avons beaucoup à partager :-) Ce recueil, " Mémoires secrètes d'une poupée ", est l'une de mes lectures argentines que je ne suis toujours pas parvenue à chroniquer. Le reprendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Marilyne :) Pas facile à chroniquer, non... Je pense que l'un des éléments importants est le jeu sur les apparences, décliné dans des approches différentes. C'est ce que j'ai relevé ici. Le thème de la fatalité semble aussi présent mais à quel degré ? Je n'en ai pas lu assez pour développer.

      Supprimer
  4. Pas sûr que cet auteur soit dans mon créneau, mais grâce à Flo, les nouvelles sont mises à l'honneur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, chacun peut venir puiser sur la liste selon ses goûts :)

      Supprimer