lundi 30 juin 2014

Marcel Aymé, Le vin de Paris

(Publié le 22 Mai 2009)
Marcel Aymé, Le vin de Paris,  folio, 245p. 1ère édition, Gallimard 1947
J'ai beaucoup aimé ces nouvelles cette approche psychologique complexe, subtile. Proche du contexte qu'il décrit, Marcel Aymé traduit la confusion d'une époque mais parvient à introduire une distance grâce à l'humour ou à des éléments fantastiques. Drôles ou acerbes, ces textes nous amènent à entrevoir une ambiance, un état d'esprit, et à nous interroger...

La traversée de Paris, film de Claude Autant-Lara, sorti en 1956, avec Jean Gabin (Grandil) et Bourvil (Martin), est adapté d'une nouvelle de ce recueil. 
Ce classique du cinéma est marquant, notamment parce qu'il aborde la Seconde Guerre mondiale sous l'angle du marché noir et de la vie quotidienne. Marcel Aymé doit être l'un des premiers écrivains à aborder ces thèmes avec autant de réalisme. La chute est différente, et son texte est bien plus sombre que l'histoire du film,  lissage expliqué par les sensibilités du public de l'époque, et que j'avais déjà relevé pour Le chemin des écoliers.
Certaines scènes sont reprises presque à l'identique, comme celle des cafetiers et cette réplique célèbre: "Cinquante ans chacun. Cinquante ans de conneries!".
On retrouve également : "Monsieur Jamblier, 45 rue de Poliveau, pour moi, c'est mille francs!" Et bien sûr, on entend en écho la voix de Jean Gabin.
Les notions d'illégalité, de bien et de mal, sont au coeur de cette nouvelle et Marcel Aymé précise pour Jamblier: "Comme tout le monde, il savait d'expérience que les hommes sont assez portés sur la vertu pour la transporter à l'intérieur même de leur mauvaises actions et asseoir leurs turpitudes sur des bases honnêtes."
Mais Martin est le personnage le plus ambigu. Il se trouve "trop sage", mais il " ne voyait rien d'immoral ni de scandaleux dans le trafic clandestin et ses bénéfices réputés exorbitants. Le vol et l'illégalité était à ses yeux choses distinctes."
Grandgil voit cette traversée comme un spectateur, la vit presque comme un jeu, et les deux personnages se découvrent sans réellement se comprendre l'un l'autre. Ils sont à l'image de cette population parisienne qui tente de survivre, de composer avec leur conscience pendant l'occupation. L'humour est présent dans la nouvelle comme dans le film, mais Marcel Aymé opte pour un humour plus grinçant.
Le marché noir est également le sujet d'une autre nouvelle du recueil, Le faux policier. Un  comptable endosse un unifome de policier et extorque de l'argent à des criminels pour subvenir aux besoins de sa famille. Les circonstances de la guerre l'amènent à douter de la notion de morale. "Quand on s'est écarté une fois du chemin de la justice, on n'y rentre jamais qu'en titubant sous le poids de ses iniquités".
L'indifférent est la nouvelle la plus courte et la plus glaçante du recueil, effet glaçant renforcé par une narration à la première personne d'un criminel froid, sans remord, mais non dénué d'une certaine sensibilité.

Les cinq autres nouvelles traitent des mêmes thèmes, mais Marcel Aymé utilise le conte, les symboles et le fantastique pour évoquer les années de privations et des circonstances qui font basculer les personnages dans la confusion. La notion de morale est omniprésente, non comme une leçon, mais comme un questionnement, et avec l'humour, l'ironie ou le cynisme de Marcel Aymé.
Dans La grâce, Duperrier, homme très pieux, est doté d'une auréole; sa femme le pousse à commettre tous les péchés pour se débarrasser de cet accessoire gênant. Là encore, les personnages de Marcel Aymé ne sont absolument pas manichéens. "Duperrier se laissait aller à de nouveau péché sans trop savoir s'il agissait pour le bien de sa femme ou s'il cédait à son propre penchant".
Dans La bonne peinture, Marcel Aymé imagine qu'un peintre a  le don de créer des tableaux qui nourrissent les spectateurs.
Dermuche est condamné à mort, mais le jour de l'exécution, il est transformé en nouveau-né.
La fosse au péchés, la nouvelle suivante, aborde également le péché, la culpabilité et le pardon. L'intérêt principal de ce texte, plus proche du conte que de la nouvelle, est la personnification des péchés ; humains ou monstres, ces portraits sont très imagés, symboliques et drôles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire